Dessiner spontanément

21 juil 2016 | Divers, Tutorials | 2 commentaires

Dessiner spontanément c’est l’art de dessiner tout et n’importe quoi quel que soit l’endroit où on se trouve.

 

Et ça, rien de tel que les vacances pour le mettre en pratique. Car il ne suffit pas de dessiner 10h d’affilée et plus rien pendant 1 mois pour arriver à progresser. En fait c’est bien plus la régularité que la durée qui compte. Pourquoi ? Tout simplement parce que la pratique régulière nous permet d’acquérir des habitudes, des automatismes en fait.

Si on espace trop les séances, qu’est-ce qu’il se passe ? On se rouille, on perd ses réflexes, son adresse aussi, on devient hésitant, la peur de la page blanche réapparait, on se décourage et on laisse tomber. C’est comme avec un régime alimentaire ou la pratique d’un sport. Ce qui est important c’est la répétition et la régularité. Se mettre un objectif inatteignable ou une stratégie draconienne dès le départ et tenir 1 mois ne sert à rien !

Alors oui je sais, vous allez me dire « Ouais t’es sympa Nico mais ça n’est pas super évident de trimballer mon ordi avec ma jolie tablette partout avec moi ! » Et vous avez tout à fait raison !!

C’est pour ça que je vous encourage très régulièrement à ne pas négliger le dessin traditionnel car c’est très facile de se balader avec un crayon et un petit carnet de croquis dans la poche ou dans un petit sac. Et pour les frileux, rien ne vous empêche d’emmener une gomme rassurante si vous faites un trait de travers 😉 Mais honnêtement, il est parfois meilleur de laisser de la fluidité, du dynamisme et de la spontanéité dans ses traits. Donc la gomme prenez-la pour vous donner bonne conscience.

 

sketches-01

 

Il m’a fallu pas mal de temps pour comprendre que même dessiner n’importe quoi était un bon exercice qui me faisait progresser. Je me disais tout le temps « Mais à quoi ça va me servir de dessiner une cuillère, ou cette chaise, ou ce toutou ridicule qui passe devant moi, ou bien un palmier,… ?!» Le résultat sera banal, à qui je pourrai montrer ça et puis même au final ça ne m’intéresse pas vraiment de savoir dessiner ce sujet stupide, moi ce que je veux c’est inventer un environnement et le rendre dans mon painting, faire un portrait qui pète, créer un décor onirique avec des couleurs qui vibrent, savoir inventer un personnage insolite.

Et oui, on pense plus ou moins tous à ça. Alors à quoi bon perdre du temps avec des niaiseries ? Et bien je vais vous le dire. Tout simplement car ça nous fait pratiquer et le simple fait de s’exercer nous permet de gagner en expérience, en aisance, en habileté, en assurance. C’est-à-dire que par la seule pratique vous allez devoir vous concentrer sur votre sujet : où est la source de lumière (vous ne vous êtes pas posé la question en dessinant cette soupière, erreur de débutant !), comment est la perspective, quelles sont les valeurs, où sont les ombres, quelles textures je dois représenter, quel angle je choisis, quelles sont les valeurs, qu’est ce qui attire le plus le regard, comment est le sujet en 3 dimensions et pas seulement les contours… ? Toutes ces questions doivent vous traverser l’esprit de manière automatique.

Et en plus de ça, ce genre d’exercices va vous permettre d’améliorer vos traits, car connaitre toute la théorie et avoir un bon esprit d’observation (et tout ça s’apprend) ne suffit pas ! Il faut aussi poser les traits sur le papier et plus tard sur votre tablette. Doser les courbures, apprendre à utiliser son épaule plutôt que son poignet, réaliser des traits droits, obliques, dans certains angles peu confortables, mettre la bonne pression pour gérer vos valeurs et vos teintes, tous ces éléments doivent faire partie de votre arsenal d’artiste en herbe.

Pourquoi vous croyez qu’un artiste expérimenté dessine bien ? Parce qu’il a appris et s’est exercé. Certains ont un don me direz-vous, oui, une facilité pour apprendre peut-être et ils sont peut-être plus adroits de leurs mains, mais quoi qu’il en soit un excellent artiste a 2 caractéristiques essentielles : il a la connaissance du dessin et de la peinture ainsi que de nombreuses heures de pratique. Il n’y a pas de secret ! Mais il ne faut pas oublier que cette expertise apporte aussi beaucoup de satisfaction. Plus on est à l’aise et plus on prend plaisir à réaliser des œuvres complexes, esthétiques, originales, hors du commun.

 

sketches-02

 

Je fais souvent le parallèle avec le sport et prenez par exemple une personne qui débute en ski. Elle va devoir se cantonner aux pistes vertes histoire de ne pas se manger dans un champ de bosses et elle va tomber de nombreuses fois (et parfois se faire mal) avant de commencer à sentir les premiers progrès. Mais après avoir appris et pratiqué de nombreuses heures, pensez à la satisfaction de pouvoir descendre son premier mur sur une piste noire ou même expérimenter la totale liberté et le plaisir de laisser sa trace dans un champ de poudreuse fraichement tombée dans la nuit. Tout devient beaucoup plus naturel, la personne n’a plus peur, ni de tomber ni de s’engager dans une voie qu’elle ne connait pas. Sa technique lui permet non seulement de passer partout mais aussi de se faire extrêmement plaisir. Les mouvements deviennent beaucoup plus naturels, instinctifs, fluides, contrôlés, élégants et agréables.

Il en va exactement de même pour le dessin et la peinture. Avec l’expérience on apprend à placer ses ombres instinctivement, à positionner un nez correctement sur un visage, à extrapoler les formes basiques d’une bouche pour lui donner du caractère ou une expression, à placer sa perspective atmosphérique pour ajouter du réalisme, à introduire une source de lumière additionnelle et impacter les éléments existants autour, à inclure un véhicule avec la bonne perspective et des proportions exactes. Toutes ces notions qui semblent très compliquées au débutant deviennent petit à petit un automatisme pour l’artiste chevronné. Et ça arrive petit à petit. Ne croyez pas qu’on « sait » dessiner du jour au lendemain. C’est progressif, parfois avec des à-coups, et surtout c’est interminable. Même les plus grands continuent d’apprendre et progresser.

 

sketches-03

 

 

Donc pour en revenir à nos moutons, ne vous découragez pas et pensez simplement à dessiner tout ce qui vous entoure. J’ai par exemple utilisé des moments de détente autour de la piscine pour venir croquer le chien de ma mère qui ne tenait pas en place (pas facile de capturer une pose !), dessiner différents types de végétation pour assimiler leurs disparités, inventer des visages plus ou moins précis. Cette pratique régulière va vous permettre d’ancrer les connaissances propres au dessin pour pouvoir ensuite les ressortir aisément et naturellement.

Alors pas d’excuse, pour progresser, juste un crayon et un bout de papier ! Quel que soit le temps disponible, l’endroit, le sujet, vous n’avez plus d’excuse pour dessiner de manière spontanée et venir ajouter à votre expérience !

 

Et vous, qu’est-ce que vous en pensez ? Est-ce que ça devient une habitude de sortir un crayon et de griffonner tout ce qui vous chante ? Sentez-vous les progrès et la satisfaction qui l’accompagnent ?

Pack Démarrage

Cet article t'a plu ?

Utilise mon propre environnement digital pour suivre les tutorials en téléchargeant le Pack Démarrage

Pin It on Pinterest

Share This

Dessiner spontanément

2